Sabine et Hught WEISS

395 Autoportrait Sabine et Hugh Weiss, P

" Faire des images de ce que je vois dans la vie est un bonheur, une nécessité même. Pour moi, saisir l'instant, exprimer l'émotion, attraper le geste ou l'ambiance de la vue choisie et de communiquer cette vision à autrui est la passion du photographe. »

C'est en 1937, que Sabine Weiss alors âgée de 13 ans, achète son premier appareil photo. Cette nécessité de « sauver ce qui va disparaître » ne la quittera plus et elle décide à 17 ans de faire de la photographie son seul et unique métier, preuve d'un caractère affirmé pour une jeune femme vivante à une époque où les femmes travaillent rarement par passion.

Sabine Weiss (née en 1924) est, aux côtés de Robert Doisneau, Willy Ronis, Édouard Boubat et Izis, l'une des principales figures du courant de la photographie humaniste française. Elle en est d'ailleurs, à 97 ans, la dernière représentante. Les images iconiques de la photographe seront présentées à La Maison à Nevers : images de voyages et portraits d'artistes.

Cependant, ce que l'on connait moins de la vie de Sabine Weiss, c'est sa relation intense avec son mari le peintre, Hugh Weiss. Une relation fusionnelle, complice et indestructible qui n'a pas duré moins de 58 ans.
Hugh Weiss (1925-2007) est un peintre américain. En 1949, il rencontre Sabine Weber, qui deviendra Sabine Weiss, et l'accompagnera toute sa vie. La photographe est indéniablement la muse de l'artiste. On l'a retrouvée dans un nombre incalculable de toiles. Le peintre sera proche du travail de Sabine Weiss car il l'accompagne dans nombre de ses voyages et endossera le rôle d'assistant. On le retrouvé d'ailleurs dans certains des clichés de la photographe.
Hugh Weiss est un électron libre. Il ne se revendique d'aucun même si le mouvement Cobra a influencé son travail. Les voyages qu'il fait avec son épouse marquent sa peinture. On y retrouve divers ingrédients : les éléphants, l'architecture, les coupoles, les barques et fleuves sacrés ainsi que l'évocation d'un accident de voiture qui marqua la vie du couple.
Les deux artistes pourtant si unis dans l'intimité n'influent en aucun cas sur la démarche artistique de l'autre. Cependant, ils fonctionnent parfaitement en symbiose.
C'est à l'image du fonctionnement de ce couple d'artistes que l'exposition « Hugh et Sabine Weiss – En symbiose » sera construit en trois parties : le travail de la photographe, celui du peintre et la connexion émotionnelle qui les lie .

Christophe VOOTZ, Commissaire des expositions